Aller au contenu principal

Interview : Daouda Kirakoya, directeur de DME Centre III

« La direction a su répondre au mieux aux attentes de la hiérarchie et des contribuables »

La Direction des moyennes entreprises du Centre III (DME CIII) a commémoré sa première année d’existence le mardi 18 mai 2021. Des noces de coton que les premiers responsables de la direction n’ont pas voulu passé sous silence. Ils l’ont ainsi marqué par des activités sportives, de réflexions, d’introspection et d’échanges avec les contribuables.

Dans cet entretien, le directeur de la structure, monsieur Daouda Kirakoya revient sur les performances de cette régie de recette après seulement un an d’activité, relève les difficultés rencontrées. Il parle également de sa vision prospective de la direction qu’il souhaite voir occuper les premiers rangs des régies de recette de la Direction générale des impôts.

1/ vous commémorez ce 18 mai la première année d’existence de votre régie de recette. Comment se porte la DME Centre III ?

Après une année d’existence, la DME CIII se porte de mieux en mieux. En effet, les différentes initiatives prises aussi bien par l’équipe de pilotage que par les collaborateurs tout au long de l'an I ont permis de faire fonctionner effectivement la DME CIII. Mieux, la direction a su répondre au mieux aux attentes de la hierarchie en termes de performances et de service rendu aux contribuables.

2/ Quelle est votre zone de couverture ?

La DME-CIII a compétence sur 5 arrondissements de la ville de Ouagadougou et deux communes rattachées que sont :

Arrondissements N°2, 3, 4, 8 , 9 ;

les communes rurales de Pabré et de Tanghin-Dassouri.

3/ Quel est l’effectif du personnel dont vous disposez ?

La DME CIII a 87 AGENTS

4/ Ce personnel est-il suffisant pour répondre aux attentes vis-à-vis de votre direction ?

L'effectif arrêté par le Groupe de travail sur l'opérationnalisation de la DME C III est de 108 agents. C'est dire que le besoin initial n'a pas été comblé. Et l'effectif actuel ne permet pas une gestion optimale du portefeuille en raison surtout de la création recente de trois services supplementaires d’assiette et de brigade. Il est donc souhaité que l'effectif soit renforcé en vue de l’atteinte de meilleures performances.

5/ Est-ce que votre service est assez bien connu des contribuables ?

A notre humble avis, notre direction est bien connue des contribuables surtout que depuis son opérationnalisation, des actions de communication ont été menées en vue d’informer les contribuables sur leur nouvelle unité fiscale de rattachement. En particulier sa localisation et sa competence territoriale.

Aussi, un visuel est posé sur le toit pour situer la direction

6/ Qui sont les contribuables de la DME CIII ?

Les contribuables éligibles à la DME CIII sont celles situées sur le territoire de compétence de la DME-CIII à savoir :

- d'abord les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires hors taxe égal ou supérieur à 50 000 000 et inférieur à 1 000 000 000 F CFA ;

- ensuite les caves et les gérants de stations-services qui réalisent un chiffre d’affaires hors taxe égal ou supérieur à 50 000 000 de F CFA ;

- et enfin les structures publiques, les projets et programmes.

7/ Y a-t-il des contribuables qui vous échappent et quelle stratégie avez-vous mise en place pour imposer tout le monde ?

En toute gestion de contribuables, il y’a certains qui tentent d'échapper aux impôts. Afin de pouvoir cerner tous nos contribuables nous avons pris des dispositions particulières:

- la géolocalisation de masse du siège social de chaque entreprise avec pour objectif de localiser les 100% de notre portefeuille ;

- la désactivation systématique des contribuables en situation de défaillances chroniques ;

- le recoupement des informations sur les operations des contribuables ;

- les avis à tiers detenteur et les oppositions à paiement.

8/ Après une année d’exercice, peut-on avoir une idée du montant recouvré par vos services ? Avez-vous atteint les prévisions à vous assignées ?

En une année, la Dme C III a pu mobiliser près de 14 milliards et demi tous budgets confondus soit:

Pour le budget de l’Etat :

Mai à décembre 2020 : 8 534 230 569 FCFA correspondant à un taux de réalisation de 101,61% ;

JANVIER A AVRIL 2021 : 5 618 994 859 FCFA soit un taux de réalisation sur la période de 119,58%.

Montants recouvrés pour les budgets des collectivités territoriales :

2020 : 138 862 998 FCFA soit un taux de réalisation de 52,24% ;

JANVIER A AVRIL 2021 : 144 840 105 FCFA soit un taux de réalisation sur la période de 70,43%.

9/ Quel est le montant que la DME CIII doit apporter dans l’assiette fiscale cette année ?

Au titre de l’année 2021, la DME CIII a une prévision de recette de 13 506 462 000FCFA pour le budget de l’Etat et 729 809 394 au titre des budgets des collectivités.

10/ Cette prévision est-elle tenable ?

Cette prévision est un peu disproportionnée par rapport à notre potentiel fiscal. Particulièrement les previsions des budgets des collectivités qui se situe à plus de cinq points de la consistance du portefeuille actuel de la DME CIII.

11/ Quelles sont vos difficultés ?

Nos difficultés sont essentiellement d'ordre logistique, materiel et humain. A titre d'exemple, nous avons un seul chauffeur et deux secrétaires pour 8 services sans compter le Cabinet.

Il y a également le fait que le Receveur ne dispose pas de compte bancaire dans certaines banques clefs de nos contribuables.

A cela on peut ajouter l'insuffisance de moyens de recouvrement, de matériel et de mobilier.

12/ Quelles sont les perspectives pour les années à venir ?

Nous voulons faire la DME CIII, une unité parmi les références en matière de management moderne surtout en terme de pilotage, de gestion quotidienne et de service rendu aux usagers. Ainsi, nous entendons:

-asseoir une organisation et un mode de gestion adaptés fonction de nos moyens disponibles pour atteindre les objectifs qui nous sont assignés ;

- renforcer les capacités du personnel à travers les rencontres techniques et le coaching ;

- promouvoir le civisme fiscal à travers l’assistance permanente, la formation des contribuables sur les téléprocédures et la tenue de rencontres d’échanges périodique avec les contribuables.

Service de la Communication et des Relations

Publiques de la DGI